ELIOT MERCERON

Des premiers bords au rêve d'Or

SON PORTRAIT

Né à Genève en 1994, il part à l'âge d'un an avec ses parents pour passer 4 années sabbatiques en bateau. D’abord la Méditerranée puis une traversée de l’Atlantique pour faire tout l’arc Antillais et le Vénézuela.
A l’age de 4 ans, la famille pose ses bagages sous le beau soleil Martiniquais, et n'en repartira que plusieurs années plus tard. Eliot débute sa scolarité, et découvrira l’optimist à l’âge de 7 ans lors d’un stage de voile.
Très vite passionné comme ses parents, il commence les compétitions jusqu’à devenir champion de Martinique en optimist puis en laser.
En 2009, afin de poursuivre sa progression, Eliot rentre en métropole et intègre le sport-études rochelais.

Sa discipline

SA DISCIPLINE : LE LASER STANDARD

Le Laser Standard est le support de voile olympique le plus pratiqué au monde. Il a été dessiné par le Canadien Bruce Kirby en 1970, avec l'objectif de faire simple, performant, robuste et strictement monotype. Mission accomplie. Le voilier, doté d'une seule voile enfilée sur le mât, reste l'un des moins chers des dériveurs de compétition, malgré une inflation due à son statut olympique. Aux jeux, seuleument un homme et une femme représentent leur pays en Laser. Avec sa surface de 7,06 m², la voile Standard n'est pas faite pour les poids plumes : le poids idéal pour arriver à naviguer convenablement avec est d'au moins 80 kg... On comprend donc pourquoi beaucoup d'hommes préfèrent naviguer avec une voile Radial : c'est ce qui explique le nombre bien plus élevé en régate de coureurs sur Laser Radial que sur Laser Standard. 

Son palmarès

SON PALMARÈS

2017

21ème au Classement Mondial

2ème de l'Europa Cup Française

Top 15 à la Coupe du Monde de Miami

Top 20 à la Coupe du Monde de Hyères

Top 10 à la Coupe d'Europe aux Baléares

2011

3ème au Championnat du Monde (-19 ans)

Son objectif

SES OBJECTIFS

Faire un Top 20 au Championnat du monde ISAF Aarhus (août 2018)

Être sélectionné pour les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 :)

SUIVEZ ELIOT :